Tout va bien

Suite au dernier article, je ne souhaitais pas envahir le lecteur d’images et de mots à nouveau. Les médias s’en chargent déjà beaucoup. Et en même temps, les messages et les inquiétudes discrètes m’incitent à rassurer et dire que nous allons bien, qu’Hagibis n’a provoqué aucun dégât chez nous. Le lecteur pressé peut s’arrêter ici. J’aimerais qu’il pousse sa lecture jusqu’à ce que je le remercie, ce que je fais maintenant, comme je remercie chacun pour ses attentions et sa présence car à aucun moment, je ne me suis sentie seule. Aucun.

Et je poursuis, poussée par mes pensées. Peut-être que Faxai avait déjà fait le ménage. Dimanche matin, Hagibis semblait n’être qu’un mauvais cauchemar. Du haut de mon balcon, rien ne semblait indiquer son passage. Sauf dans le parc.

Nous nous sommes enfermées à seize heures la veille, jusqu’à dimanche vers neuf heures. Le mauvais temps est monté jusqu’au pic aux environs de vingt ou vingt et une heures. Aucune image instantanée ne peut rendre compte. J’ai quelques enregistrements audio qu’il n’est pas possible d’insérer sur cette plateforme. Ce sont les bruits, les plaintes, les mugissements, les coups de boutoirs qui sont effrayants. Et le tremblement de terre, à dix-huit heures trente, force trois, quand nous rentrions dans la tempête.

Tous, nous avons occupé nos esprits avec le quotidien. Un groupe WhatsApp pour l’organisation de la kermesse de l’école qui aura bientôt lieu. Le petit-déjeuner au mois de novembre des entretiens en français. « Est-ce que tu peux y aller toi ? » Le bouquin qui sera présenté vendredi dix-huit octobre. L’une fait part de l’avis d’évacuation dans son quartier Meguro à Tokyo. La rivière aux sakura menace (1). Dormir loin des fenêtres, dans la salle-de-bain et l’entrée. Nous aussi gardons nos habitudes : un apéritif dînatoire avec du guacamole et un gâteau au chocolat maison. Ce n’est pas le jour de tenter de faire avaler des épinards ! Quelques gouttes de Rescue au plus fort du vent, une bière pour moi, et un calme absolu exigé pour faire des gros câlins avec les doudous et raconter des histoires, celle de Maria Anderson, cantatrice afro-américaine et tout ce qu’il faut de lutte contre les préjugés. Et l’arrière-front en soutien : L. régulièrement au téléphone. Nos voisins français nous avaient gentiment proposé de nous héberger. J’ai décliné si je pouvais rester en contact avec eux aussi.

Plusieurs sites étaient ouverts sur mon ordinateur :

  • NHK pour les informations en anglais (2)
  • Japan Meteorological Agency pour les simulations en temps réel des glissements de terrain et des inondations (3)
  • Les alertes envoyées par la mairie de notre arrondissement Naka (4) : ordre d’évacuation de niveau quatre. Plus précisément sur la carte : niveau trois très localisé. Les personnes âgées. Deux pour notre maison.
  • Et puis Windy.com. J’ai oublié de faire des copies d’écran. Des vents à cent kilomètres par heure. Des rafales jusqu’à cent soixante-cinq, de mémoire. L. a comparé : comme une forte tempête en Bretagne. Je me suis accrochée à ce que je connaissais, sans vérifier. Une tempête bretonne.

La préfecture de Nagano est très touchée. Et d’autres préfectures. Comme nous le craignions. Les fortes précipitations. 

Hagibis est passé et le calme est vite revenu. Nous avons bien dormi, toutes ensemble. Et ce sera ainsi jusqu’au retour de L. Hier, nous sommes allées retrouver les pelouses de la fan zone. Les enfants avaient besoin de jouer et courir. Et il faisait chaud, trente-deux degrés ressentis. Déconstruites en prévision. Un monsieur à l’entrée tenait une pancarte s’excusant « for the inconvenience ». Les supporters venaient, puis repartaient. Moi, j’admirais les kilts qui semblent sans doute plus étranges aux autres Européens qu’aux Japonais habitués aux kimono. Beaucoup de magasins étaient fermés et les restaurants qui avaient pu ouvrir, pris d’assaut.

Si vous étiez avec moi, si je discutais avec vous, je crois que c’est ce que je vous raconterais. On appelle le Japon, le département des catastrophes naturelles. Et je ne connais pas de pays mieux préparé dans le monde. Il pleut aujourd’hui, et je pense à lui.

 

  1. Voir l’article Sakura
  2. NHK
  3. JMA
  4. City of Yokohama

10 commentaires sur “Tout va bien

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour ces BONNES nouvelles rapides. Et surprenantes en fait, finalement ce n’etait qu’une simple tempête bretonne. Pas sûrs que les bretons remplissent leur baignaire à chaque tempête … !! Je t’embrasse, bonne semaine, en famille au complet.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Delphine !!! La tempête bretonne, c’est pour le vent ! Bien que n’en ayant jamais vécu une moi-même. J’ai des images de Saint-Malo et de phares au milieu de l’océan… Je me suis accrochée à mes phares. Avec Hagibis, ce sont en effet les fortes précipitations qui ont rendu la situation catastrophique… Et là, tu as raison, même la Bretagne… Nous avons hâte que L. rentre.
      Merci pour tes pensées et bonne continuation à toi surtout.
      Grosses bises.

      J'aime

    1. Merci Nelly. Nous tous espérons aussi que ce sera le dernier de la saison !!!
      J’ai encore beaucoup de mal à regarder les images dans les régions touchées, comme lire le bilan des victimes.
      Allez !!! Je pense à toi pour tu sais quoi. Super Nellyyyyy !!!
      Bises

      Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Éva ! J’ai préféré donner des nouvelles sobres en comparaison avec les régions durement touchées. Mais j’ai vraiment eu peur et il est difficile de lutter contre l’imagination…
      Belle continuation à toi ! L’Allemagne, la France et l’Europe en général sont vraiment épargnées de ce côté-là !
      Grosses bises à toi et toute la petite famille.

      J'aime

    1. Hello Cath !
      J’aime bien ton besoin de sortir une connerie… ce que nous avons pu nous marrer avec !!! J’ai bien aimé celle avec XDDL… pour les intimes 😉 Notre aînée a raconté à une amie que le typhon n’était pas passé… « juste » des rafales de vent. J’ai fait le job !!! 😉 Et me suis écroulée à un bar, le lundi soir d’après… et ai dû avouer au médecin que oui, je buvais une bière. La cause, sans doute : la dépression atmosphérique engendrée par Hagibis. Je n’ai toujours pas balayé les feuilles cette fois.
      Bonne semaine et belles vacances si tu en prends, et grosses bises.
      A très vite !

      J'aime

Répondre à Stéphanie Nowak Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :