Psychose

« Et tu essaieras d’acheter des masques au OK store ! lançait L. vendredi matin avant que la porte d’entrée ne se referme sur mes cabas et ma liste de courses à l’état de pensées.
– Oui, oui », lançais-je à mon tour, tout en sachant que la tentative s’inscrivait déjà aux peines perdues d’avance.

The japan times titrait vendredi : « Au cœur d’une épidémie virale, les magasins japonais se démènent afin de répondre à la demande de masques faciaux » (1). Huit jours plus tôt, un article du NHK (2) racontait que les touristes chinois se procuraient dans une vague sans précédent, des masques hygiéniques plutôt que des souvenirs habituels, familles et amis faisant face à la pénurie dans leur pays. Que ferions-nous à leur place ? La veille du NHK, vingt-deux janvier, The japan times affirmait selon des données chinoises, que le Japon représentait la destination étrangère la plus visitée des touristes chinois pour leurs vacances du Nouvel An lunaire (3).

Abe essuie des critiques de plus en plus vives selon la presse (4). Mais vendredi, Abe a resserré les frontières après que l’organisation mondiale de la santé a déclaré l’urgence internationale. Economie et diplomatie (peut-être ?) à l’égard du géant chinois plutôt que prudence et sécurité ? Si l’humble avis de Mme Kawaii vous intéressait. Mais quel autre pays que la Chine réussirait à instaurer un confinement de plusieurs millions d’habitants ?

Mais plus de presse intéresse-t’il le lecteur ?

Vendredi, à l’ouverture, les rayons de la grande surface OK de Shinyamashita se montraient vides. Des pancartes annonçaient une restriction de trois boîtes par famille et par jour. Il ne restait que les masques de nuit :
« Ah ça aussi, ça existe ? », me suis-je dit, impressionnée. 

A la sortie de la parapharmacie, un petit attroupement attirait l’attention. Une employée ouvrait un carton de boîtes de masques. Elle ne trouva pas le temps de remplir la tête de gondole. Les clients se servaient directement dans l’emballage, moi y compris. L’aubaine, j’étais « tombée » au bon moment. Je vois aussi le luxe de me procurer une boîte dont la taille est adaptée aux enfants. Et après quelques patiences, des allers et retours entre la caisse et la tête de gondole, une première boîte cédée à une dame japonaise conciliante, « J’étais la première sur le coup, mais je te la laisse, je suis chez toi. Et je préfère te montrer la politesse des étrangers », un échange aimable aux caisses, une bleue contre une rose, après quelques patiences donc, me procurer une boîte destinée à la morphologie féminine, plus confortable. Donc, une boite bleue, men, une rose, women and children, une verte, women and children. Une vingtaine de minutes a suffi pour que le stock du magasin, quelques cartons, soit englouti.

Vendredi, le OK demeurait moins fréquenté qu’à l’habitude. Le coronavirus en cause ? Constat identique samedi, à la station balnéaire et touristique d’Enoshima. A l’aéroport samedi soir, quatre-vingt dix pour cent des personnes croisées portaient un masque. Le chiffre chutait à moins de la moitié à l’enregistrement du vol Air France de vingt-trois heures cinquante à destination de Paris. Nous intégrions la part des décontractés, ou des inconscients peut-être, en raccompagnant nos amies. Hier, L. a annoncé des restrictions d’eau sur notre commande de courses en ligne chez Eon : un pack de six bouteilles d’eau de deux litres par commande. A notre grande surprise, nous supposons que les clients prévoient des stocks dans le cas où. Quoi ?

Une plus grande prudence s’est installée et des règles d’hygiène renforcées. L. porte systématiquement un masque dans les transports, nos filles et moi-même également. Elles s’accompagnent de leurs excès. Une certaine psychose se manifeste. L. est rentré un soir : « On dit que le pic de l’épidémie aura lieu en mars ou avril ». Les origines du « on » se sont perdues.

Nous ne nous sentons pas menacés. Les lieux touristiques s’avèrent davantage risqués. Et en même temps, il devient parfois difficile de ne pas succomber au mouvement général et garder la tête froide. Les chiffres du Japon sont éloignés de la Chine (5) mais la panique appelle la panique. Je penserai à demander à nos amis qui arrive dans huit jours de nous apporter du gel hydroalcoolique. Nous n’en trouvons plus et n’en possédons pas. La Chine en voyage quand elle le pouvait encore, se ravitaillait au Japon. Et les français au Japon se ravitaillent en France quand l’opportunité se présente.

Voici ce que je pouvais dire du virus depuis notre quartier de Yamate à Yokohama. J’ai tenté de rapporter le plus justement possible les observations dont je suis capable. Je ne peux m’empêcher de terminer cet article sur la vidéo de Courrier (6), drôle à la fin, dans le but de faire face à la pénurie de masques, si ce n’était la situation en Chine. Lorsque je me promène dans la rue, quand je ferme mon esprit aux images en boucle et aux visions cauchemardesques, et pourvu que je m’assure certaines précautions, la vie semble suivre son cours. J’ajoute qu’avec cette épidémie, j’ai failli manquer de souhaiter aux lecteurs une heureuse setsubun (7), aujourd’hui trois février. 

  1. Amid virus outbreak, Japan stores scramble to meet demand for face masks, The japan time, 31 janvier 2020
  2. Chinese tourists buying facemasks in Japan, The NHK, 23 janvier 2020
  3. Firms in Japan struggle to prepare for coronavirus as Chinese New Year holiday looms, The japan times, 22 janvier 2020
  4. Japan to step up coronavirus action as Abe takes flak for response, The japan times, 31 janvier 2020
  5. Coronavirus : avec plus de 360 morts, le bilan en Chine dépasse celui de l’épidémie de SRAS, Le Monde, 03 février 2020
  6. Coronavirus : l’inventivité chinoise face à la pénurie de masques, Courrier International, 31 janvier 2020
  7. Voir l’article Voyageons léger !

7 commentaires sur “Psychose

Ajouter un commentaire

  1. Tu as pu acheter des masques ! Ici il y a des queues monstrueuses et il est impossible de s’en procurer !
    Heureusement, j’en avais qui traînaient dans les armoires.
    Mon ami hongkongais a fait la queue de 4h du mat à 8h15 pour recevoir une petite boîte de 12 masques….

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Karine,
      Merci pour ton message et ton témoignage ! Je suis bien heureuse de pouvoir partager avec toi.
      Il me restait quelques stocks d’avant : en cas de rhumes et autres virus de l’hiver et de tremblements de terre. Et vendredi, j’ai eu la grande chance de « tomber » sur le moment où une vendeuse refaisait les stocks. Mais il semble qu’ici au Japon, en tous les cas, dans notre quartier, la situation soit moins difficile qu’à Hong-Kong : 2 boites de 60 max et une de 30. Mais tout est parti très vite. Aujourd’hui, au konbini du quartier, les rayons restaient vides…
      Je vous souhaite beaucoup de courage en espérant que les choses rentrent dans l’ordre très très vite ! Et prenez soin de vous autant que possible !

      Aimé par 1 personne

    1. Merci pour tes mots et tes pensées. Tes intentions vivent avec nous et nous accompagnent. Nous croisons tous les doigts pour que la pandémie n’atteigne pas le Japon. Elle semble contenue pour le moment.
      Ce matin, nous avons appris la mort du docteur Li Wenliang, lanceur d’alerte du coronavirus et je me sens très triste. Son âme reste encore parmi nous.
      Bon week-end et prenez soin de vous également.

      J'aime

  2. Impressionnant tout ça… Les masques pour la nuit m’intriguent…
    Je viens de lire qu’un paquebot était bloqué devant de le port…de Yokohama, plusieurs personnes contaminées, paquebot en quarantaine… 😕
    J’espère que les choses vont rentrer dans l’ordre rapidement et que cela ne perturbe pas trop les filles.
    Courage 😷

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Nelly ! Je partage les masques pour la nuit… Ces japonais sont incroyables !!! 🙂
      Aux informations ce matin, 61 cas dans ce paquebot en quarantaine dans le port de Yokohama : https://japantoday.com/category/national/Coronavirus-cases-on-cruise-ship-in-Yokohama-jump-to-61
      Nous croisons les doigts nous aussi… Émotionnellement, nous vivons des montagnes russes, entre crainte et confiance. Je reviens de chez ma coiffeuse. D’après elle, les japonais parlent beaucoup de ce sujet et sont inquiets et fuient bien les endroits touristiques ou trop peuplés, Tokyo, etc. Voilà pour les dernières nouvelles.
      Grosses bises et bon week-end surtout 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :