Les leçons à Chureito

Après La cascade de Shiraito (1), Les leçons à Chureito. Une manière de Madame Kawaii de se plaindre auprès des distraits du mal qu’elle se donne dans l’apprentissage du japonais, et une pirouette pour éviter de se creuser la tête aujourd’hui.

Nous gagnons tous au moins une chose dans ce confinement mondial, au-delà de la protection des plus vulnérables, de nos proches et de nous-mêmes, et nous y perdons tous au moins une chose, souvent très précieuse. Concernant Madame Kawaii, ses promenades, les meilleures sources de son inspiration. Mais elle garde ses souvenirs et les nombreux articles passés à la trappe quand l’actualité s’emballe.

Aujourd’hui, Madame Kawaii retourne à Kawaguchiko, à un autre dernier jour, celui de son premier séjour. Elle n’a pas tourné la page. Ce dimanche-là, comme celui des cascades (1), allez savoir pourquoi, elle et sa famille ont fait les touristes, ceux du début de ses histoires (2). Ils ont grimpé jusqu’à la pagode Chureito. Pas de quoi casser trois pattes et un canard, en soi. Mais l’image de la pagode sur fond de Fuji et de cerisiers en fleur a fait le tour du monde. Les sites de jrailpass.com, ana.com, jal.com ont la leur et il existe jusqu’à un puzzle de trois mille pièces à vendre sur ebay.fr – photo jointe à destination des plus sceptiques ou des plus passionnés -, et peut-être même des calendriers.
Madame Kawaii inflige à son tour ses vues, pas aussi réussies, elle l’accorde volontiers. Il lui manque les cerisiers en fleur à quelques semaines, beaucoup l’expérience et un peu le matériel. Elle se montre néanmoins très fière d’avoir sans doute dérangé son couple d’amoureux à la souvenir jacket de Yokosuka ou sakujan – chercher à « blouson japonais brodé », passer par « bomber » afin de découvrir l’affaire, « souvenir jacket », qui a une histoire, Mick Jagger en portait une dans les années 1960. Madame Kawaii se montre donc très fière de cette photo, à défaut de cerisiers, ainsi que de sa pagode, prise un étage plus bas, et se demande si elle ne chercherait pas un sakujan d’occas.

Mais d’après Madame Kawaii, le plus remarquable à la pagode, réside dans la faune que le voyageur peut y croiser. Celle-ci lui recommande chaleureusement d’arriver très tôt s’il veut prendre des photos dans la paix. Il devra d’abord se méfier des ours. Certains admirent la vue depuis le sommet. C’est leur bon droit.

Dans son ascension à la pagode, il devra aussi composer avec certains groupes. Ceux-ci s’avèrent très rapides et ne se pressent que dans un unique dessein. Ils pourront passer devant l’objectif au moment opportun d’une fraction de seconde, déjà guetté depuis plusieurs instants. Offusqué,
un « m…. ! » retentissant échappera à notre voyageur. Ces groupes ne sont pas japonais, ni méchants. Ils n’imaginent pas qu’il s’avère possible d’attendre que le photographe termine son oeuvre. Quelques secondes suffisent d’ordinaire. Le voyageur devra alors patienter à l’affût de la prochaine occasion. Madame Kawaii croit qu’il s’agit de russes. Les yeux bridés, elle aurait affirmé qu’il s’agit de chinois.

Arrivés au promontoire à photos, lesdits groupes se feront photographier à tour de rôle devant la pagode et le Fuji. Le voyageur pourra admirer l’ingéniosité des pauses. Ils ouvriront la bouche malheureusement, et parleront français. « M…. ! » s’exclamera, mais en silence cette fois, notre voyageur. Les soi-disant russes le reconnaîtront et ils déguerpiront. En revanche, Madame Kawaii avertit, elle ne connaît pas le truc pour faire décamper les ours au sommet.

Ladite faune, qui l’eut cru, se révèle dans sa quintessence sur le parking au bas de la pagode. Alors que le voyageur satisfait, se félicitera de ce joli tour, aura offert à ses enfants les porte-bonheurs tant de fois réclamés, l’un
«
wishes to come true » et l’autre « good luck », se sera ensuite fait raconter des histoires de grand-mères offrant ces charmes à des inconnus, à l’amie de son aînée, à son conjoint, de bonnes fées en réalité, et aura oublié le désagrément des bêtes sauvages, il entendra une jeune femme à la voiture d’à côté : « Bon. Faut qu’on se dépêche. Y’a plein de gros connards qu’arrivent ». Il cherchera éberlué. Qui sont ces « c……. » en meute ? Des congénères attaqués ? Vite. Notre voyageur attendra qu’ils arrivent, dans le but de prêter main forte, « on » ne sait jamais. Personne, de personne, à part d’autres visiteurs comme lui, des marcheurs, des cyclistes, des motards, des automobilistes, des habitants du coin venus admirer la vue et se dérouiller un peu.

Madame Kawaii cachée maintenant dans sa voiture, intimant le silence à sa famille, non, nous ne sommes pas des leurs, se tint somme toute soulagée. Bien qu’amoureuse de sa langue, elle remercie les dieux pour Shakespeare passé devant son Molière. Notre dramaturge ne se trouve plus si bien compris dans le monde et d’une certaine manière, les choses sont bien faites. Quoique du côté de Shakespeare, il doit en exister de belles aussi. Après Shiraito, Madame Kawaii en devient sûre, elle apprécie surtout les vacances, celles du temps qui passe, des idées qui volent et que l’« on » attrape, de l’air qui change, des cafés et des promenades. Il paraîtrait aussi que sa douce manie de coller son restant d’étiquettes sur des boîtes lui est passée. Sa chère patrie lui a donné une leçon. La vendeuse acariâtre de marrons à Shiraito demeurera une vendeuse (1). Souvent, c’est bien assez. Point besoin de la Chine. Quant aux russes, laissons-les où ils étaient. 

  1. Voir l’article Les chutes de Shiraito
  2. Voir l’article Un tour en vélo

4 commentaires sur “Les leçons à Chureito

Ajouter un commentaire

  1. Excellent !!!
    J’ai commandé ce puzzle de 1500 pièces sur Amazon en janvier.
    Trop bien !
    Je l’adore.
    Que c’est beau !
    Quel bonheur tous ces paysages quand nous contemplons le même depuis des semaines.
    Je ne me plains pas…petite terrasse au soleil…beau temps….calme… bonne santé pour tous nos proches…et, il est vrai que ce ralenti fait du bien…il faut bien prendre le positif de cette situation…
    Merci

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Stéphanie pour tes lectures, tes réponses et tes news !
      Tu sais que je pensais justement à toi avec cette trouvaille d’un puzzle sur ebay.fr. J’avais retenu 😉 Si tu déprimais trop, tu sais ce qu’il te reste à sortir. En tous les cas, j’ai bien ri en réalisant que j’avais vu juste et surtout… que tu m’avais devancée….
      L’endroit est magnifique et en même temps, comporte quelques inconvénients que tu auras compris 😉
      Oui, nous supportons tant bien que mal le négatif. Mais il existe du positif. Et ces expériences nouvelles peuvent nous apporter… Par exemple, je n’ai jamais autant apprécié les cours de français du CNED qui occupent les enfants 😉 😉 😉 Blagues !
      Grosses bises, bonne journée sur la terrasse et bon week-end de Pâques 🙂

      J'aime

    1. Merci Jean-Luc ! Je pense souvent à toi. Tu te régalerais avec le tien 🙂 De mon côté, je suis loin d’être aussi bien équipée (matériel et technique) !
      Saintes et joyeuses Pâques à toute la famille ! En compagnie d’Isabelle et de ses petits, j’imagine. Cette année est bien triste mais nous gardons la joie de Pâques dans nos cœurs et la chaleur de nos nombreuses réunions de famille.
      Je vous embrasse tous.
      A très bientôt 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :