En rose tendre

Dix malheureux jours derrière la rentrée des classes et nos filles sont retombées dans le système de « l’apprentissage mixte » (1) : un jour classe à l’école, le lendemain à la maison, et ainsi de suite. Quant aux fameuses
« week A » et « week B », elles ont repris du service comme on devait s’y attendre (2).
Il fallait répondre à la préfecture et réduire le nombre des élèves dans les écoles (3). La mesure devait s’arrêter le 12 septembre. L’état d’urgence étant prolongé jusqu’au 30, elle a été décalée d’autant (4).

Il y avait belle lurette que je ne suivais plus les informations. J’étais rentrée, à vrai dire plus grand chose ne me faisait peur (5). Nous n’avions pas la télévision japonaise à la maison. A quoi nous aurait-elle servi ? Zéro cas de Covid, pas le moindre cas contact autour de nous. J’étais vaguement au courant à propos de l’état d’urgence. Le volet tiré du Minton m’en apprenait assez. Celui-là venait à la suite de combien d’autres ? Et quand il avait commencé ? Quand il finirait ? Quelqu’un devait bien tenir les comptes quelque part.
Je savais que ça chauffait, mais de loin. Des halos de nouvelles parvenaient jusqu’à moi, les mesures impopulaires, les drames, les revirements de situation. Ils imprimaient des tâches noires dans mon cerveau. Seulement j’avais la flemme de les penser. A quoi bon ?
Quand l’école a décidé de rallonger sa sauce, je me suis réveillée. Comme tout le monde, j’ai voulu me fabriquer un avis.

Ça a commencé au début du mois d’août, je me trouvais alors en France. Là-bas, on ne parlait que du passeport sanitaire. On allait jusqu’à se bagarrer pour savoir si on écrivait le « pass » ou le « passe » avec un « e » (6). L’Académie française, ne sachant trop jusqu’où elle pouvait se mouiller à son sujet, prenait par surprise les amoureux de la langue, et proposait un féminin en plus, deux fois n’est pas coutume, mais c’était l’été, « la passe » sanitaire (7).
Depuis l’hexagone, j’ai pensé qu’ils étaient tous fous ces Japonais, à part Suga, bien sûr. Lui et son gouvernement voulaient officiellement limiter l’hospitalisation des patients atteints de Covid aux seuls cas « graves » (8). Les patients « modérés » ou « légers », sous surveillance à l’hôpital depuis le début de la pandémie, seraient désormais renvoyés chez eux. Selon la presse, Suga a provoqué un tollé général. On s’inquiétait pour ces morts aux symptômes bénins et dont l’état s’était détérioré brusquement.
De l’autre côté, les hôpitaux ployaient à genoux. Même à l’heure où j’écris, quand la moyenne des cas quotidiens est passée sous la barre des 9 000 (moins qu’en France), les hôpitaux nippons sont à genoux (9).
Il fallait le croire. J’ai lu la presse française parce que je n’y comprenais rien. Ici, les journalistes expliquaient que la majorité des hôpitaux privés refusent d’accueillir les patients infectés par le Covid. Ils indiquaient aussi qu’ils représentent 80 pourcent des établissements hospitaliers du pays (10).

Cela s’est révélé si vrai, si dramatique, que deux semaines après les propos choquants de Suga et moins d’une semaine avant l’ouverture des Jeux Paralympiques, une histoire nous a fait frémir. Une femme enceinte de huit mois et infectée par le virus avait accouché à son domicile. Ce jour-là, le centre médical de la ville l’avait appelée afin de prendre de ses nouvelles. Malgré les contractions et les saignements, aucune institution médicale ne l’avait acceptée. Le centre avait eu beau se démener, les lits manquaient. Le nouveau-né était décédé peu après sa naissance (11).
A cette date, le pays se voyait embourbé dans une cinquième vague. Il flirtait avec 26 000 cas quand il n’avait jamais franchi le seuil des 8 000 les fois précédentes (12). Comparée à celle de cet été, la courbe de la première vague s’élève si faiblement que l’on pourrait la manquer et l’oublier dans les comptes (13). Un petit sursaut de rien du tout.
On n’entendait plus parler que de lui, le variant delta. Il représentait la première cause de cette nouvelle contamination de masse. Quant à l’impact des Jeux Olympiques, les experts se battent encore pour le savoir. A leur ouverture, 25 pourcent de la population japonaise étaient complètement vaccinés contre 45 en France (14). 

Une dizaine de jours plus tard, l’affaire du vaccin Moderna est parvenue jusqu’à moi. Le pays apprenait la mort de deux hommes après en avoir reçu une deuxième injection chacun. Les lots ont été suspendus à la suite de la découverte de contaminants (15). Toutefois, personne ne peut conclure s’il existe une relation entre la vaccination et les décès, ni affirmer la présence de ces contaminants dans les doses de ces deux hommes.

Puis Suga a décidé de jeter l’éponge (16). Il ne veut plus se représenter à la direction de son parti. Il préfère se battre contre le Covid plutôt que pour la campagne. S’il avait hésité, je crois qu’il aurait pu compter sur son parti :
« Tu es devenu impopulaire Suga san. On a des élections nationales à la fin de l’année. Il ne faudrait pas qu’elles nous passent sous le nez. Allez ! Ouste ! Du balais ! On a besoin d’un nouveau chef pour les remporter. »

Les classes de nos filles sont placées sur des agendas alternés, chacune reste à la maison à tour de rôle. Quand je l’ai découvert, j’ai pensé que j’allais perdre ma liberté. Mais il se trouverait toujours un bento à l’école et un déjeuner à la maison, peu importe que je ne sache plus avec laquelle des deux j’allais partager mon repas. La réalité s’est installée. J’ai perdu ma liberté.
Dans cette sorte de routine de confinement, l’esprit finit par se racornir. Il vous enlève peu à peu l’envie. Le vague à l’âme vous prend et vous enserre. Il ne vous lâche plus.
Vous écrivez au directeur afin de partager ce que vous pensez de ses meilleures volontés de maintenir l’école à l’école. Au moins, vous aurez fait quelque chose.
Les jours de pluie, vous ouvrez la fenêtre. A travers la moustiquaire, vous la regardez tomber drue sans rien rafraîchir.
Il vous reste les courses. En chemin, vous photographiez les scooters roses tendres. Ils pétaradent devant vous quelques jours plus tard. Vous oubliez de noter la couleur du casque. Les motos kawaii aussi, vous les prenez en photo. C’est à cause du canard jaune de bain à côté du pot, la gourde et la bouteille de thé vert aussi, la montre, pendues aux manettes. Ils ne seront jamais chourés, ni salopés, donc ils sont vraiment propres et kawaii. Vous les prenez en photo, histoire de rester dans le thème du blog. Vous tenez encore cela. 

Et encore. Vous vous demandez cette lubie soudaine de photographier les deux roues. Elles n’ont jamais été votre dada. Déjà, les quatre. Et puis, vous vous dites que vous vous feriez bien la malle avec l’une d’elles pour aller n’importe où, pourvu que ce soit loin, très loin, de l’école et la maison.

  1. « Blended learning » : « apprentissage mixte », effectif à partir du 1er septembre. Rentrée des classes le 23 août.
  2. Voir l’article La semaine « B » (1)
  3. Préfecture de Kanagawa
  4. COVID-19 state of emergency to end on Sept. 30 for 19 prefectures, The Asahi Shimbun, 09 septembre 2021
  5. Voir l’article Des jours légers (1) et (2)
  6. Alors, est-ce qu’on doit écrire « pass » ou « passe » sanitaire ? Libération, 28 juillet 2021
  7. Pass sanitaire, Académie française, 1er juillet 2021
  8. Despite criticism, Suga sticks with restrictions on COVID-19 care, The Asahi Shimbun, 5 août 2021
  9. Chiffres du 13 septembre 2021. Sources : JHU CSSE COVID-19 Data et Our World in Data
  10. Hôpitaux saturés, envolée des contaminations… le Japon submergé par une cinquième vague de Covid-19, L’Obs, 24 août 2021
    Covid-19 : le Japon dépassé par une hausse « sans précédent » de contaminations, Le Monde, 18 août 2021
  11. Coronavirus-infected woman in Japan gives birth at home after hospitals refuse her; baby dies, The Japan News, 19 août 2021
    Depuis, le gouvernement travaille à sécuriser des places pour les femmes enceintes infectées qui pourraient avoir besoin de soins obstétriques d’urgence : Conférence de presse de M. Takeda, Ministre de l’Intérieur et des Communications, Infos Locales au Japon, 23 août 2021
  12. 20 août 2021
  13. Le pic de la première vague de Covid-19 : 701 cas le 11 avril 2020
  14. Delayed Covid-19 vaccine roll-out in Japan, The lancet, 02 juin 2021
  15. 2 men die in Japan after receiving dose of suspended Moderna vaccines, The Mainichi, 28 août 2021
    Japan detects more Moderna vaccine contamination, The Japan Times, 29 août 2021
  16. Japan’s Yoshihide Suga to resign as prime minister, The Nikkei Asia, 03 septembre 2021

2 commentaires sur “En rose tendre

Ajouter un commentaire

  1. J’ignorais que la situation avait été aussi difficile au Japon.
    Quand j’ai lu le retour aux semaines A / B, je me suis dit « aïe, dur dur pour MPP »…
    J’espère que depuis les choses sont rentrées dans l’ordre. Courage 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Oui oui… l’école a rouvert deux semaines plus tôt que prévu… J’ai partagé ma grosse dépression avec le Directeur… 😂😂😂
      En réalité, le nombre de nouveaux cas a chuté énormément et le gouvernement réfléchit maintenant à lever l’état d’urgence 🍀
      Bises

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :